Nous utilisons nos propres cookies  et ceux de société extérieures pour proposer nos services et afin d'analyser la navigation. En utilisant nos services, vous acceptez l'utilisation que nous faisons des cookies.

 

1969: La Congrégation des “Filles de la Compassion” de Domfront (France), fondée par Sœur Victorine du Puy en 1797 fusionne avec la Congrégation des « Sœurs de Notre Dame de la Compassion » de Toulouse.
Cette année là et dans la suite des indications du Concile Vatican II, sont rédigées les Constitutions ad experimentum et un Chapitre Général extraordinaire d'aggiornamento est organisé.
1969: Un Communauté en Mission Ouvrière est ouverte dans le quartier des Sept-Deniers (Toulouse). D'autres seront ouvertes tantôt en France comme en Espagne. Les sœurs travaillent comme salariées en entreprises, elles ont des engagements syndicaux et font partie de mouvements chrétiens comme la JOC, HOAC, etc.
1971: La 1er communauté au Venezuela, est fondée dans un quartier marginal du sud de Caracas.
1971: Pour s'occuper des émigrants espagnols en Allemagne un groupe de sœurs espagnoles fonde une communauté à la Mission Espagnole de Fulda. Plus tard en 1976 elles seront transférées à Dortmund où elles resteront jusqu'en 1990.
1971-1980: Durant cette période et en réponse à la vitalité apostolique de la Congrégation 28 communautés insérées dans des quartiers populaires et marginaux et quelques maisons de retraite et pour personnes handicapées seront ouvertes en Espagne.
1981: Le XVe Chapitre Général élabore les Constitutions en tenant compte du renouveau généré par le Concile Vatican.
1983: La Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique  approuve définitivement les nouvelles Constitutions et le document annexé. 
1985. La Maison du Noviciat pour toute l'Amérique Latine ouvre dans un quartier de Lima (Pérou).
1988: La Congrégation fonde la première communauté en Colombie, dans un quartier populaire de Cali. 
1997: Plusieurs communautés s'ouvrent dans des quartiers marginaux: La Quiaca en Argentine, Manchay au Pérou, le “Danube Bleu” à Bogotá (Colombie)
2000: Le Conseil Général approuve les Orientations Générales des Communautés Chrétiennes Compassionistes élaborées par une équipe de sœurs et de laïcs.
2001: A partir des orientations du XIXe Chapitre Général, la congrégation étudie le projet  de communautés de sœurs aînées et l'idée de  maintenir des initiatives intercongrégationnelles. Il est également demandé au Conseil Général de créer une Commission pour étudier une nouvelle structure de gouvernement.
2007: Après avoir célébré la première Assemblée de Congrégation à Loyola à laquelle ont participé plus de 100 sœurs de tous les pays, le XXe Chapitre Général approuve une nouvelle structure de gouvernement et de fonctionnement avec un seul gouvernement pour toute la congrégation et de nouvelles dynamiques d'animation et d'accompagnement dans les pays.
2016: Lors de l'Assemblée de Congrégation célébrée à Galapagar (Madrid) il a été question pour la première fois de la possibilité de réaliser des alliances avec d'autres congrégations religieuses pour affronter ensemble le futur, et un accord a été conclu pour réfléchir dans ce sens dans la perspective du XXIIe Chapitre Général.

 
2017
Bicentenaire de la Naissance de la Congrégation
 

Textes brefs

  • TOUS
  • Fondateurs
  • Premièressœurs
  • Ttre
  • Date
  • Au hasard
  • M. Marie Saint Michel

    M. Marie Saint Michel

    Pour notre façon de vivre et d'œuvrer dans nos communautés et dans toute notre famille religieuse, notre Fondateur désire que règne la paix, que l'on s'entende bien entre nous, l'union et une fraternelle charité. Lui, désire et demande à ses Filles, de la Compassion, qu'elles établissent cette atmosphère, cette ambiance d'estime et de confiance réciproque qui se traduit dans la vie courante, au moyen de gestes de délicates attentions et une manière de faire qui cherche toujours le bien des autres. (M Marie Saint Michel, dans les conférences Lien)
    • Premièressœurs
  • M. Mª Eufrasia Fabre

    M. Mª Eufrasia Fabre

    L'âme humble est toujours en paix et pense du bien des autres. ( M Fabre, sentiments dans une retraite)
    • Premièressœurs
  • M. Marie Saint Michel

    M. Marie Saint Michel

    Les autres, quels qu'ils soient, ont leurs droits, leurs goût, leurs intérêts. Pourquoi ne le reconnaissons-nous pas et ne les respectons-nous pas ? La justice nous montre que les autres, eux aussi peuvent penser avec droiture, avoir raison. Elle nous fait respecter les opinions du prochain, bien que nous ne soyons pas d'accord. Nus autres, nous ne sommes pas les uniques du monde et les autres ont aussi leurs droits, leurs goûts et leurs intérêts comme nous. Pourquoi nous ne les voyons pas ? nous ne les reconnaissons pas ? (M Marie Saint Michel, dans les conférences Lien 1931-1933 II tome)
    • Premièressœurs
  • Sœur Ursule Sabatier

    Sœur Ursule Sabatier

    Sur elle on disait: "Sa profonde vie de foi la maintenait en constante présence de Dieu et comme François d'Assise ou Ignace de Loyola, elle s'extasiait devant la beauté de la création. Il lui plaisait de découvrir Dieu dans la nature…Elle le voyait dans une herbe, une fleur, une abeille… Jamais ce livre ne fatiguait son regard et cette façon de voir, elle savait la transmettre à ses filles avec plaisir. Elle jouissait des fleurs et les cultivait avec tendresse…" (Sœur Ursule Sabater, dans Souvenirs de famille tome III, p. 122).
    • Premièressœurs
  • M. Marie Saint Michel

    M. Marie Saint Michel

    "Dans notre manière d'être quotidien, sommes-nous honnêtes? Respectons-nous les droits des autres personnes? Avons - nous certaines mesures pour certaines, celles avec qui nous nous entendons bien, avec celles qui nous adulent, avec ceux de qui nous espérons obtenir quelque chose? Cela, est-ce être honnête? (M Marie Saint Michel, dans les conférences Lien 1931-1933 II tome)
    • Premièressœurs
  • Sœur Rose Durand

    Sœur Rose Durand

    "La pauvreté rencontrait en elle un accueil affectueux à n'importe quel moment de la journée. Elle leur montrait l'amitié la plus franche et si elle ne pouvait pas toujours donner le remède à leur mal, elle savait adoucir leurs peines avec des paroles qui révélait tout son cœur" (Sr Rose Durand)
    • Premièressœurs
  • M. Marie Anastasie Geli

    M. Marie Anastasie Geli

    A son sujet on dit: "Son cœur ne semblait pas battre pour Dieu mais pour ses filles que la vie religieuse lui avait donné. Elle ne jouissait qu'au milieu de ses sœurs… Accessible à toutes, sa chambre comme son cœur étaient ouvert à toutes heures. Elle savait consoler toutes les peines, essayant de les faire disparaitre ou au moins, de les adoucir avec son immense tendresse." ”. (Sr. Me Anastasie Geli dans Vie Manuscrite, pages 175 et suivantes)
    • Premièressœurs
  • M. Marie Saint Michel

    M. Marie Saint Michel

    "De nombreuses religieuses veulent être des anges et elles étudient les normes d'une haute spiritualité et ensuite, elles oublient ce qui est premier, qui est d'être de bonnes personnes. Ainsi, le premier c'est l'honnêteté, la justice, la franchise, l'intégrité qui nous amène à donner à chacun c qui lui correspond" (M Marie Saint Michel, dans les conférences Lien 1931-1933 II tome)
    • Premièressœurs
  • Jeanne Marie Desclaux

    Jeanne Marie Desclaux

    “Ayons le cœur grand, et tout ce que nous fairons pour Dieu, sera grand. Si au contraire, notre cœur est rachitique et que nous faisons des plus petites choses, des montagnes, que si nous rencontrons des obstacles et des difficultés partout, nous rendrons la vertu difficile et nous n'avancerons pas malgré notre bonne volonté. " (Dans la première vie manuscrite. Page 49).
    • Fondateurs
  • Maurice Garrigou

    Maurice Garrigou

    "La misère abonde plus que jamais… et on s'agite dans tous les sens pour fournir aux ouvriers, aux nécessiteux, du travail, des secours alimentaires, etc. (M. Garrigou. Lettre 75).
    • Fondateurs
load more hold SHIFT key to load all load all